dimanche 25 août 2019



L'Ange de l'oubli, Maja Haderlap,
Métailié, 2015


Hannah vit avec ses parents et sa grand-mère au sein d’une minorité slovène, dans un petit village des montagnes de Carinthie, en Autriche. Bien qu’entourée au présent par des paysages bucoliques grandioses, l'enfant est très vite et irrémédiablement rattrapée par le passé tragique de sa famille, déportée dans les camps nazis. 
A souligner la volonté de l’auteur de faire connaître le destin de ce peuple minoritaire si peu relayé. Les Slovènes de Carinthie ont un vécu particulier au sein de l’Autriche car ils ont compté parmi les premiers résistants et combattants contre le nazisme, ce qui a d’ailleurs souvent été par la suite plus ou moins occulté dans l’histoire de l’Autriche. 
Dans ce récit en grand partie autobiographique, l’auteur nous livre le portrait de sa grand-mère qu’elle adore et qui a miraculeusement survécu à son internement à Ravensbrück. C’est aussi l’histoire du père de l’héroïne qui, profondément traumatisé et suicidaire transmet une partie de ses angoisses à l’enfant. Hannah est totalement immergée dans les histoires de guerre que lui racontent son entourage. Elle reçoit ces témoignages avec son regard d’enfant et perçoit la douleur indélébile et le traumatisme des siens. Devenue jeune fille, Hannah suivra des études littéraires et choisira sa langue natale, flambeau sacrifié de sa famille résistante et revendication de son identité slovène.  
Ce roman est aussi l’histoire d’une rencontre avec l’écriture, seule capable de mettre des mots sur la chape de silence qui recouvre ce passé terrible et de rendre compte des souffrances passées. 
Un récit déchirant qui va droit au cœur. Parce que Maja Haderlap est aussi poète, elle a laissé une grande place à la poésie et au lyrisme dans son roman. Avec une sensibilité et une précision d’orfèvre, elle raconte l’histoire de ce peuple paysan dans une vie quotidienne détaillée à l’extrême mais qui nous prend aux tripes. 
Avant de me plonger dans les nouveautés de la rentrée littéraire, je suis infiniment heureuse de ne pas être passée à côté de ce roman un peu plus ancien dont on m’avait parlé mais que je n’avais pas encore pris le temps de lire. 
En tant que “passeur de livres”, je ne puis que vous conseiller de le lire à votre tour ! (Stéphanie, Médiathèque de Thann) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous souhaitez réagir sur cet article ? N'hésitez pas à me laisser un commentaire...